Calendrier

Février 2012
LunMarMerJeuVenSamDim
 << <Nov 2018> >>
  12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
272829    

Annonce

Qui est en ligne?

Membre: 0
Visiteur: 1

rss Syndication

Affichage des articles postés le: 23/02/2012

Fév232012

Payés pour regarder du porno


 

 

C’est probablement le job étudiant le plus improbable, mais il est bien réel. Depuis plusieurs semaines, des étudiants portugais sont payés pour regarder des films pornographiques. Loin d’être un geste de charité pour soulager certaines frustrations refoulées, ce  job étudiant est en réalité un projet d’étude visant à évaluer  des liens éventuels entre  la pornographie et le déclenchement de troubles sexuels tels que la dysfonction érectile ou l’éjaculation précoce.


Un job pas comme les autres


C’est donc sans surprises  qu’une centaine d’hommes portugais âgés de 18 à 40 ans  se sont soumis à cette étude initiée par l’université portugaise d’Aveiro. Les chercheurs portugais ont ainsi tenté de confirmer ou d’infirmer les recherches précédentes sur l’impact de la pornographie  en évaluant les réactions psychologiques et physiques des répondants lorsqu’ils regardent des films pornographiques.

L’Université d’Aveiro a divisé les 120  hommes en deux groupes, l’un étant déjà atteint de dysfonction érectile, et l’autre ayant des rapports sexuels réguliers sans aucun problème apparent. Pour le moment, l’étude est toujours en cours , mais les premiers résultats semblent déjà confirmer les recherches récentes effectuées par les britanniques.


Porno :un « cadeau »empoisonné ?


D’après le journal médical britannique UkMedix, il y aurait ainsi une relation étroite entre la pornographie et le déclenchement de certains troubles sexuels notamment l’éjaculation précoce et  la dysfonction érectile. Plus particulièrement, d’après les chercheurs anglais, ce serait l’abus de pornographie ou une dépendance accrue aux films pornographiques qui déclencherait ces troubles érectiles.

Ainsi pour les accros du porno, l’acte sexuel deviendrait plus facile lorsqu’il serait précédé d’un visionnage de femmes nues, permettant ainsi de stimuler l’excitation sexuelle. Si un grand nombre de chercheurs restent convaincus des effets néfastes du porno sur la vie sexuelle, pour les autorités médicales, tout reste encore hypothétique dans la mesure où seul un petit panel d’hommes a jusqu’ici été interrogé.